Anecdotes et histoires sur la gastronomie

* Socca chips "Des copeaux à la farine de pois chiche, croustillants et légers", une nouveauté du au chef niçois Luc Salsedo. Aux fourneaux dans les cuisines de son restaurant, il a toujours eu le souci de ne pas gaspiller. Un jour, il décida de retravailler une préparation un peu particulière qui lui restait. C'est ainsi qu'il inventa ce nouveau met à base de farine de pois chiche, un aliment incontournable de la cuisine du bassin méditerranéen.

* Le Champagne -- Le Champagne Brut: il s'agit du Champagne le plus courant, élaboré à partir des trois cépages (Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier).
-- Le Champagne Blanc de Blancs: expression signifiant que le champagne a été élaboré exclusivement à partir du seul cépage blanc autorisé, le chardonnay. Principalement élaborés dans la côte des Blancs, au sud d’Epernay, sur une vingtaine de kilomètres.
-- Le Champagne Rosé: obtenu par le mélange de vin blanc clair et de vin rouge (la méthode la plus utilisée et seul vin rosé français qui peut être fabriqué par assemblage) ou "par saignée", la méthode d'élaboration ancestrale, qui consiste à laisser macérer les raisins quelques dizaines d'heures afin que le jus se teinte naturellement.
-- Le Champagne Millésimé: produit uniquement les meilleures années.
-- Les Cuvées de Prestige: ces millésimes d’une qualité exceptionnelle sont vendus dans des bouteilles spéciales.
-- Le Champagne Blanc de Noirs: plus rare et original, il est composé exclusivement de raisins noirs (Pinot Noir et Pinot Meunier).
-- Le Blanc de Blancs est un vin blanc produit avec des raisins blancs. Les champagnes utilisent cette dénomination pour les vins issus exclusivement de cépage chardonnay. Mais on parle aussi de blanc de blancs pour toute sorte de vins, mousseux ou non, produits dans toute la France.

* La Tour d'Argent En 1582, sous le règne d'Henri III, Rourteau décide de construire une auberge et lui donne le nom d'Hostellerie de la Tour d'Argent. Bâtie sur les quais, cette maison de style renaissance attire rapidement une clientèle élégante et devient l'endroit à la mode. Henri IV lui attribue son enseigne au-dessus de la porte qui sera valable jusqu'au règne de Louis XIV: "Cuisinieroyez-traiteur ". Le XVIIIème siècle est un siècle de réforme culinaire. "Les Lumières" décident de remettre en cause les fondements de la cuisine traditionnelle au profit d'une cuisine de raffinement. La Tour d'Argent prend le virage de ce nouvel art de manger et de vivre et se transforme à l'image de sa cuisine. Après des années de fermeture, la tourmente révolutionnaire passée, Lecoq, cuisinier personnel de Napoléon, reconstruit le restaurant de la Tour d'Argent, l'endroit redevient le lieu des gourmets célèbres. Au milieu du XIXème siècle, Frédéric Delair, maître d'hôtel, en devient le propriétaire, le service en salle prend un tour nouveau. Frédéric codifie la recette du "canard au sang", tel que nous le connaissons aujourd'hui. c'est lui qui crée dans ses moindres détails le rite et la technique de ce sacrifice culinaire. Sûr de la pérennité de son oeuvre, il décide en 1890 de numéroter chaque canard. Aujourd'hui, le 1 144 825ème canard a été dégusté. En 1911, André Terrail rachète la Tour d'Argent, en 1916, il fait de nouveau tenir le haut du pavé au restaurant. Vingt ans après, la salle du restaurant passe du rez-de-chaussée au 6ème étage. En 1947, André Terrail transmet les rênes de la Tour d'Argent à son fils, Claude, qui en célèbre le 400ème anniversaire et ouvre la Tour d'Argent Tokyo en 1984. Claude disparaît en 2006, son fils André prend les rênes de cette grande Maison et en perpétue l'histoire.

* Vin de glace Vers la fin du XVIIIème siècle des vignerons allemands et autrichiens surpris par des gelées précoces découvrent par hasard que l’on peut produire du vin avec des raisins gelés. Comme il avait gelé pendant la nuit, ils se retrouvèrent dans l’obligation de presser ces raisins, le résultat fut très réussi! Le vin de glace, c’est une vendange tardive puissance dix! Et cela coûte plus cher. C’est assez logique, puisqu’une telle surmaturité sur souche fait en moyenne perdre la moitié du jus et le coût des vendanges dans le grand froid est plus élevé: pas facile de vendanger quand il fait –10°C! Bien entendu, ce type de vin ne peut être élaboré que dans des régions de vignobles frappées par le gel. C’est le cas en Allemagne, en Autriche et au Canada. Les raisins sont récoltés en novembre ou décembre, entre -8 et -15°C (-8°C est le mininum légal). Ce type de vin n'a pas encore d'existence légale en France, mais on peut en produire en Alsace, lorsque les conditions climatiques sont favorables, certains producteurs contournent la difficulté en utilisant la mention "récolté en vin de glace".

* Plan de table

* Le Pastis La première guerre mondiale sonne le glas de l’absinthe, boisson numéro un de la fin du XIXème siècle. En 1914, tout alcool titrant plus de 16° est interdit. Il faudra attendre la fin de la guerre pour que ceux ci soient réautorisés, l’absinthe exceptée. Mais l’habitude de l’anisé, frais, mélangé à l’eau va persister. En 1920, l’État français autorise les anisés jusqu'à 30° d'alcool. Autour de Marseille, la tradition de l’apéro est bien vivante: eau fraîche, anis et réglisse se marient et s’enrichissent d’autres macérations de plantes aromatiques. Le rythme et la "bonne vie provençale" vont donc favoriser très naturellement une production de ces apéritifs anisés, sans cesse réinventés au gré des inspirations des patrons de bar et des marchands de vin, et ceci dans une totale illégalité. A la fin des années 20, un jeune commercial de 23 ans, fils d’un négociant en vin, s’empare de l’idée et, coup de génie, commercialise un apéritif anisé à son nom. Bravant les autorités, Paul RICARD distribue largement cet alcool interdit, il est constamment mis à l’amende. Après un intense travail de lobbying, il obtient en 1932 l’autorisation d’exploitation, les amendes sont donc transformées en taxes. Paul RICARD devra trouver un nom à sa boisson, elle se nommera "PASTIS", du provençal "pastisson", synonyme de mélange, d’amalgame. Le PASTIS est officiellement né et le succès est fulgurant.

* Les treize desserts, ancienne coutume provençale de Noël, ils représentent le Christ et les 12 apôtres lors de la Cène. Depuis des siècles le rituel perdure. Toujours au coeur de la maison ou au centre de la table, confectionnés en famille et partagés entre amis, ils restent la tradition la plus respectée en cette période de fête. A l'époque, la vie rude et le manque d'argent contribuent à l'arrivée sur le buffet familial des treize desserts. On prenait les produits du cru, les fruits de saison et confits et l'on confectionnait un plateau qui était partagé avant la messe de minuit et durant les fêtes.
--Ingrédients: Dattes - Pompe à l'huile - Nougat blanc - Nougat noir - Amandes - Figues sèches - Raisins secs - Noix ou noisettes - Calissons - Pâte de coing - Raisin blanc - Melon de Noël - Oranges ou mandarines.
--A savoir: Les 4 mendiants: Noisette, symbole des Augustins - Figue sèche, symbole des Fransciscains - Amande, symbole des Carmes - Raisins secs, symbole des Dominicains. Pompe à l'huile: Pain ou fougasse à base de farine, cassonade, huile d'olive et fleur d'oranger, il est primordial de le rompre comme le fit Jésus avec le pain. Les 2 nougats: Le noir représente le pénitent noir et le blanc le pénitent blanc. Les dattes rappellent que le Christ est venu d'Orient et les figues suivent le chemin des rois mages. fruits de saisons et pâte de coing finalisent un plateau festif.

* Les bons mots pour parler du VIN Difficile à codifier, le vocabulaire du VIN est souvent imagé. Les termes utilisés en dégustation sont fort nombreux. Certaines listes peuvent effrayer le débutant. Qu'il se rassure, il est préférable de bien maîtriser une dizaine de termes, choisis parmi les plus courants en dégustation, et de les utiliser à bon escient plutôt que de vouloir épater avec des mots ou des expressions qui ne correspondent pas à des caractères précis. Par exemple: dire d'un vin qu'il a de la cuisse. Il faut également éviter les mots passe-partout tels que gouleyant, terme qui signifie, dans la langue de Rabelais, 'qui réjouit la goule (la gueule)'.
On peut très bien parler du vin en ne retenant que quelques termes, à condition de bien les maîtriser.
--En rapport avec l'alcool--
Léger: vin peu alcoolisé.
Corsé: vin riche en alcool et en extrait sec, c'est le contraire d'un vin léger.
Généreux: riche en alcool, bien constitué, qui procure un sentiment de bien-être, sans pour autant monter à la tête.
Capiteux: riche en alcool et qui monte à la tête.
--En rapport avec l'acidité--
Mou: vin qui manque d'acidité, c'est un vin plat, sans relief.
Frais: peu alcoolisé, bien pourvu en acidité.
Nerveux: vin ayant du caractère, l'acidité domine.
Vert: acidité très marquée, voire excessive. Le vin est parfois herbacé.
--En rapport avec la sensation sucrée--
Sec: pas de perception sucrée à la dégustation.
Gras: onctueux, impression de douceur.
Doucereux: qui manque d'équilibre, trop de sucre par rapport à l'alcool et à l'acidité.
Moelleux: utilisé pour les vins blancs, désigne une certaine richesse en sucre. Ce mot est également utilisé pour les vins rouges présentant du gras et une certaine onctuosité (dans ce cas, il ne faut pas dire que le vin est moelleux, mais qu'il a du moelleux).
Liquoreux: doux, légèrement sirupeux, souvent capiteux.
--En rapport avec le tanin--
Souple: vin peu tannique, agréable à boire.
Ferme: vin où dominent légèrement l'astringence et l'acidité.
Dur: mêmes caractères que le précédent, mais plus prononcés.
Astringent: vin ayant un excès de tanin. Il donne en bouche une impression de sécheresse. Cette astringence s'atténue au cours du vieillissement.
--Appréciations globales--
• Un vin rond est un vin souple, bien constitué, légèrement velouté: tanin et acidité sont bien 'fondus'.
• Un vin équilibré est un vin complet, c'est souvent l'apanage des grands vins.
Une des erreurs les plus fréquentes, consiste à dire une chose et son contraire au cours d'une même dégustation. Par exemple: "Ce vin est très souple mais les tanins sont encore trop présents" ou "c'est un vin frais qui manque un peu d'acidité".

* Fondue savoyarde Il y avait beaucoup de main d'oeuvre au printemps et à l'automne dans les vignes en Suisse. Pour nourrir tout ce monde les vignerons exploitants donnaient le fromage dur qui n'était pas vendable. Et comme ils avaient du vin blanc à profusion, les savoyards se sont amusés à fondre ce fromage, difficile à manger tel quel. Ils ont rapporté cette façon de faire chez eux, l'or blanc est arrivé! Les écuries et les fermes se sont transformées en auberge et la "Fondue Savoyarde" à pris son essor.

* La pizza Son origine remonte à 3000 ans, venant des anciens pains plats préparés sur des pierres brûlantes. C'était une sorte de “pizza” consommée sous forme de tarte ou de pain plat lesquels étaient les premiers types de pains mangés par l'homme, qui n'utilisait pas encore de levain. Ce fut seulement après la découverte de la levure par les égyptiens que les pains plats à base de levain ont été consommés. Le terme de pizza vient du mot latin "pinsa" qui est le participe passé du verbe latin "pinsere", signifiant "étaler". Plusieurs civilisations vivant autour de la méditerranée: les égyptiens, les grecs et les romains avaient l'habitude de manger des tartes ou des pains plats fait à partir de graines d'orge, d'eau et de différents assaisonnements. Certaines de ces tartes sont considérées comme l'ancêtre de la pizza. La première pizza "moderne" a été faite à Naples en 1780 par Pietro Colicchio. Il appela sa pizzeria "Pietro e basta Così". Cette pizzeria existe encore, mais a été rebaptisée "Ancienne Pizzeria Brandi".

* Le vin jaune Vin blanc sec qui fait la fierté du Jura, n’étant produit sous cette appellation que dans cette région. Issu exclusivement du cépage savagnin, il est cultivé sur des sols marneux très ingrats et est vendangé d'octobre à la Toussaint. Vinifié traditionnellement en blanc puis vieilli pendant six ans et trois mois en fût de chêne, un voile de levure se développe en surface qui le protége du milieu extérieur (le Xérès participe du même principe d'élaboration). C'est cette longue période d'élevage sous atmosphère oxydative qui va transmettre au vin sa couleur jaune, ses arômes et saveurs typiques de noix verte, d'amande, de pain grillé et parfois de pain d'épices. Le vin est embouteillé en "clavelin", une bouteille de 62 cl; cette contenance correspond (pour un litre) à la quantité de vin restant après le passage en fût. Aire de production: les AOC Château-Chalon (50 ha), l'Étoile (80ha), Arbois (850 ha) et Côtes du Jura (620 ha).

* La Tarte Tropézienne Son histoire remonte à 1945, lorsque Alexandre Micka, jeune Polonais débarqué en Provence au même moment que les Américains, installe sa boulangerie à Saint-Tropez. Il propose dès les années 1950, un gâteau brioché saupoudré de gros grains de sucre, coupé à l'horizontale en deux parties égales pour accueillir en son coeur un nappage de crème vanillée légère parfumée à la fleur d'oranger. Cette recette héritée de sa grand-mère polonaise, lui seul en a le secret. En 1955, Roger Vadim s'installe dans le village pour tourner "Et Dieu créa la femme", Alexandre est chargé de s'occuper des repas de l'équipe du film. B.B. tombe sous le charme et suggère de lui donner un nom: "Tarte Tropézienne", une appellation désormais déposée. Jusqu'en 1975, cette gourmandise reste locale. C'était sans compter sur Jean-Baptiste Doumeng, qui, avec Alexandre Micka, commence à la produire en version surgelée afin de la commercialiser dans toute l'Europe. Premiers succès qui poussent le Polonais à poursuivre son développement. En 1985, il s'associe avec Albert Dufrêne, en 2000 ils ouvrent un laboratoire de 2000 m2 à Cogolin, d'où proviennent toutes les "authentiques" tartes tropéziennes. Car, rançon de la gloire, les contrefaçons sont nombreuses.

* La médecine par le VIN selon LOUIS PASTEUR (1822-1895)

MALADIEVINDOSE JOURNALIERE
AllergiesMédoc1 verre
AnémieGraves4 verres
ArtérioscléroseMuscadet4 verres
BronchiteBourgogne ou Bordeaux
(+sucre et cannelle)
3 tasses
ConstipationAnjou blanc ou Vouvray4 verres
Affections des coronaires
Tuberculose
Champagne sec1 bouteille
DiarrhéeBeaujolais nouveau4 verres
FièvreChampagne sec1 bouteille
CoeurBourgogne, Santenay rouge2 verres
GoutteSancerre, Pouilly fumé4 verres
HypertensionAlsace, Sancerre4 verres
Troubles de la ménopauseSaint Emilion4 verres
Dépression nerveuseMédoc4 verres
ObésitéBourgogne4 verres
Obésité importanteRosé de Provence1 bouteille
RhumatismeChampagne4 flûtes
Amaigrissement anormalCôte de Beaune4 verres
Paresse du foieChampagne sec4 flûtes
Troubles rénauxGros Plant4 verres

* Le roquefort "Inventé" par un berger amoureux qui aurait oublié un morceau du fromage de ses brebis à côté d'un bout de pain de seigle, dans une petite grotte. A son retour il aurait trouvé le pain moisi et le fromage couvert d'une moisissure bleue qui, après une certaine appréhension, se serait révélée délicieuse au goût. D'appellation contrôlée depuis 1925, est produit exclusivement à partir du lait des brebis de race "Lacaune". L'affinage se fait exclusivement dans les caves du village de Roquefort sur Soulzon. 18830 tonnes en 2005.

* Les conserves En 1795 alors que la France peine à nourrir ses armées, le Directoire lance un prix pour celui qui trouverait un moyen de remédier à ce problème. Nicolas Appert découvre alors un système de stérilisation, un processus qui permet de conserver les aliments dans des boîtes de conserves. Grâce à son système, nommé "appertisation", il recevra de nombreux prix et titres honorifiques qui ne l'empêcheront malheureusement pas de mourir dans la pauvreté.

* La boite de sardines Un breton de Nantes, Joseph Colin eu l'idée en 1820 de stériliser les sardines souvent négligées et qui se vendaient mal. Il les rangea astucieusement dans de petites boîtes en fer-blanc. Cette idée allait transformer les conserveries de Lorient puis celles de Marseille avant que la sardine en boîte devienne célèbre dans l'Europe puis dans le monde entier.

* Le filtre à café Dans les années 1900, Meltta Bentz, une Allemande ne supportant plus les résidus de café au fond de sa tasse, eut l'idée d'utiliser un "papier de filtration". Elle prit un petit pot en étain qu'elle perça dans le fond de quelques trous, plaça son papier révolutionnaire, le café moulu et termina en faisant couler lentement l'eau chaude. Elle but ce jour là un café unique et décida de faire breveter son invention. En 1908 la firme Melitta voit le jour et est resté depuis le leader mondial des filtres à café.

* La fourchette Les premières fourchettes individuelles semblent venir de Venise, au XIème siècle. Elles seraient nées d'un caprice d'une princesse byzantine, Théodora Doukas, qui ne supportait pas de manger avec ses doigts. elles furent très mal accueillies. Le clergé en condamna l'usage sous prétexte que seuls les doigts humains, créés par Dieu, avaient la noblesse requise pour saisir ses bienfaits. La fourchette se déplaça de Venise à Florence, chez les Médicis. Ce n'est qu'en 1574 que le roi Henri III, fils de Catherine de Médicis, a été séduit par cette invention qui permettait de ne pas trop tacher sa "fraise". C'est à la "Tour d'argent" où quelques riches de la cour osèrent user de leur fourchette que les Français découvrirent pour la première fois cette curieuse coutume. Les premières réactions devant « ce petit instrument fourchu » on été très négatives, voire indignées.

* Le moulin à légumes A été inventé par Jean Mantelet (1900 - 1991); qui en avais marre d'avoir de la purée pleine de grumeaux et d'entendre son épouse raler après les légumes de la soupe, il imagina un appareil à grille unique, non démontable et simple d'utilisation qui nécessita des centaines d'essais. Le 16 février 1932 il dépose le brevet pour son Moulin-Légumes, ce fut un succès. Jusqu'en 1953, Jean Martelet aura déposé 93 brevets d'invention. Dans les années 50, il met au point un petit moulin à café électrique et en 1957, sa société prend le nom de "Moulinex", qui n'existe plus mais qui reste un symbole de l'électro-ménager.

* Les chips Leur invention est attribuée à George Crum, un chef cuisinier de New York, le 24 août 1853. C'est à cause d'un client particulièrement exigeant qu'il met au point malgré lui ce qui allait devenir l'amuse-gueules le plus répandu au monde. Pour la deuxième fois de suite, ce client refuse son assiette de frites, trop épaisses à son goût. Vert de rage, il décide non plus de tailler les pommes de terre mais de les émincer en tranches aussi fines que possible. Quelques minutes de friture, un peu de sel et le tour est joué. Mais contre toute attente ces "copeaux" de pommes de terre ont un véritable succès.

* La pomme de terre était déja cultivée dans les Andes Péruviennes plusieurs siècles avant notre ère. On trouve sa trace en Espagne chez les moines de Séville en 1753. Alors qu'en Europe on mangeait déja la pomme de terre, en France sa consommation se limitait au bétail jusqu'en 1757, année de disette. La postérité a retenu le nom d'Antoine Parmentier, pour son stratagème resté célèbre: il fait monter une garde autour d'un champ de pommes de terre donnant l'impression qu'il s'agit d'une culture rare et chère. Les riverains volent les tubercules convaincus de manger de la nourriture destinée aux nobles. Elle est définitivement entrée dans les moeurs.

* Le ketchup vient d'Asie, les chinois ont été les premiers à préparer le "ké tsiap", ou saumure de poissons. La petite sauce piquante est rapportée de Malaisie par les Anglais au XVIIème siècle. Afin d'en adoucir le goût, ils y rajoutent des champignons et du sucre. après ce périple est ouest, elle découvre l'Amérique qui l'adopte en la modifiant. le nom devient "Catsup" puis Ketchup, condiment favoris des Américains, il se vend dans le monde 50 bouteilles par seconde.

* La cafetière aurait du s'appeler la "dubelloire" nom donné à l'invention du cardinal Jean Baptiste de Belloy vers 1800. Au début il s'agissait simplement de verser de l'eau bouillante dans la partie supérieure, le café infusait lentement en passant dans la partie inférieure.

* Le lait en poudre doit son invention au médecin russe Osip Krichevsky, en mai 1802. Il cherchait à réduire la masse du lait pour en faciliter le transport et le stockage. Lors du processus de fabrication le taux d'hydratation du lait passe de 87% à 3 %.

* Le champagne est un vin à double fermentation, il nait à la fin du XVIIème siècle au fond du chai d'une abbaye bénédictine. Dom Pérignon, est considéré comme le premier à réaliser l'assemblage de plusieurs cépages différents, destiné à améliorer la qualité du vin.

* Le yaourt son origine remonte au XIème siècle en turquie. Les tribus nomades pour ne pas perdre le lait des troupeaux le font épaissir en le faisant chauffer au soleil. Stocké dans des peaux de chèvres, le lait fermente de façon naturelle et se transforme en une sorte de gel friable, le "yogurmark" ou yaourt. En France François 1er, souffrant de graves troubles digestifs fait appel à Soliman le Magnifique qui le soumet à une cure d'un "lait magique fermenté" qui soulage les maladies. Au début du siècle dernier les restaurateurs grecs et géorgiens proposent des plats traditionnels à base de yaourt et contribuent à sa diffusion en France.

* Le camenbert aurait été inventé en 1791 par Marie Harel, une normande qui vivait non loin de Camenbert. Cette fermière née à Crouttes en 1761 améliore sa technique de fabrication grâce aux conseils d'un prêtre réfractaire venu de Brie, l'abbé Bonvous, alors en fuite vers l'Angleterre. Marie Harel écoute les bons conseils du prêtre et crée le camenbert. Quand Napoléon III inaugure la ligne de chemin de fer Paris Granville en 1863 un des descendants de Marie Harel lui présente un camenbert. Séduit l'empereur demande qu'on lui en apporte régulièrement, et c'est ainsi que le fromage conquit Paris, la France et le monde entier.

* Le crabe comme tous les crustacés, se met souvent tout nu (il se cache), toutes les semaines au début de sa vie, tous les mois ensuite, 1 ou 2 fois l'an au troisième âge. En effet pour grandir il doit changer de carapace, cela lui permet de régénérer ses menbres arrachés au cours de bagarres. Dans certaines régions, les autochtones surveillent cette mue pour les attraper, les mettre directement dans le congélateur (le froid les tue et empêche la carapace de repousser) et les cuisiner.

* Un potage n'est pas, à l'origine, forcément liquide puisqu'il désignait tout ce qui ce préparait dans un pot.

* Les guides Michelin ont longtemps été donnés gratuitement. Un jour de 1920 André Michelin, en visite dans un garage, voit un établi calé par des guides, indigné il décide que les guides seront vendus plutôt que de les donner, pour éviter ces abus. « car l’homme ne respecte vraiment que ce qu’il paye », déclarent les frères Michelin !

* "Qui dort, dîne". L'expression est tirée d'une inscription que portait les auberges pour indiquer aux voyageurs qui cherchaient un lit, qu'il fallait également diner.

* La biscote a été inventée par Charles Heudebert boulanger au début du 20ème siècle. Il voulait recycler sa mie de pain perdue.

* La sauce Béchamel a été inventée en 1700 par Louis de Bechameil de Nointel maître d'hôtel de Louis XIV. Il avait la réputation de faire une cuisine délicieuse. Sa fameuse sauce, dont le roi raffolait, fut dans un premier temps à base de jus de viande, puis de crème fraiche. Elle est désormais préparée à base de roux blanc (farine et beurre à parts égales) et de lait.

* La frite a été inventée en 1781 par un pêcheur belge. Faute de pouvoir faire frire des petits poissons, ce dernier découpa et fit cuire à la place des bouts de pomme de terre en forme de poisson.

* Proverbe: Mieux vaut pain en poche que plume au chapeau. Comprenez que tout ce qui est superficiel n'a pas de valeur réelle et surtout ne nourrit pas.

* Le pain au moyen âge, les gens en consommaient près d'un kilo par jour. Aujourd'hui 150 grammes.

* Le vin gaulois à l'époque de la Rome antique, était banni. Produit en grande quantité et de basse qualité, il pertubait le marché romain.

* Le fromage, il fut un temps, où l'on croyait qu'il permettait de faire descendre la viande dans l'estomac.

* Le duc de Bourgogne, Au XIVème siècle, fit arracher tous ses pieds de Gamay pour les remplacer par du Pinot noir.

* Brillat-Savarin a dit: "La découverte d'un met nouveau fait plus pour le bonheur du genre humain que la découverte d'une étoile".

* Le croissant est né à Vienne en Autriche, d'ou son nom de viennoiserie. Les troupes Ottomanes faisaient le siège de Vienne en 1863. Alors que les Turcs préparaient une attaque de nuit, ce sont les boulangers, levés avant l'aurore, qui donnèrent l'alerte. Pour se souvenir de cette victoire, ils confectionnèrent cette petite brioche dont la forme symbolise le croissant du drapeau Ottoman. A la fin du XIXème siècle, les patissiers français l'ont recrée, en substituant une pâte feuilletée à la pâte d'origine briochée. C'était la véritable naissance du croissant tricolore.

* Le couteau à bout rond a été inventé par Le cardinal de Richelieu, irrité que les gentilshommes se curent les dents à table avec leur couteau, il demanda à son coutelier d'arrondir les bouts de ces ustensiles et promulgua un édit en 1610.

* "assiette" désignait à l'origine le fait de placer le convive assis à table, puis l'action de mettre les plats sur la table, enfin le service du repas. La désignation "assiette" dans le sens de la vaisselle individuelle n'apparut qu'au 16eme siècle, remplaçant l'écuelle.

* "le sandwich"? Lord John Montagu, comte de Sandwich, passionné par son jeu de cartes et ne voulant pas quitter sa table pour aller déjeuner, son cuisinier lui prépara un en cas: deux tartines de pain beurré avec une tranche de viande au milieu. Cela se passait en 1762...

* Le couteau laguiole, né en 1829 des mains du forgeron Pierre Jean Calmels à Laguiole dans l'Aubrac, compromis entre le capuchadou des paysans et la navaja espagnole, il conquit très vite les citadins mais son nom ne fut jamais déposé.

* la tarte Tatin c'est à une maladresse des sœurs Tatin (Caroline et Stéphanie), aubergistes à Lamotte Beuvron en Sologne vers 1898, que nous devons la tarte tatin. Dans la hâte précédant l'arrivée de nombreux clients de l'auberge, l'une d'elles fit tomber une tarte aux pommes. En ce temps-là, jeter de la nourriture était sacrilège. Les sœurs TATIN ramassèrent la tarte en la remettant à l'envers dans son moule, et la repassèrent au four. C'est la tarte préférée des Français, pour les puristes elle se consomme nature, sans crème ni glace.